La royale défunte

prince_carol_king_ferdinand_and_queen_maria_of_romania1

 

Le lundi est un fameux soir pour approfondir sa connaissance du voisinage. En effet, chacun se terre la semaine durant pour finalement aboutir à un seul et même centre : l’inévitable poubelle du bloc 17.

Cette soirée, qui s’annonçait à l’évidence identique aux précédents jours P — Poubelle–, me présenta un évènement inattendu. D’abord, je croisais, comme à l’habitude, cette femme dont l’unique activité consiste à monter et à descendre la rue, exposant 1000, question de digérer. Fidèle à son envie irrésistible de discuter devant une poubelle, elle m’apostropha pour approfondir sa théorie de la »vidange » :

— Bonjour! Bonjour! Il y a beaucoup de déchets n’est-ce pas?

Je n’y avais pas porté attention. Décidément, la tâche des poubelles ne me souriait guère. Mon unique pensée était absorbée par une image fixe, hypochondriaque : me désinfecter les mains au plus vite dès le retour de cette expédition bactériologique. Je constatais en effet, que les sacs s’amoncelaient plus que d’ordinaire.

— Oui en effet.

Elle m’annonça alors un évènement perturbateur : la voisine, qui logeait deux étages au dessus de mon appartement, était décédée la semaine dernière.

— Est-elle décédée dans son appartement? Terreur! Je me voyais déjà hantée par le fantôme de cette dame tandis que je faisais le décompte de mes mauvaise actions : musique disco trop élevée? Quelques soirées passées dans la cours arrière en compagnie d »’Ivresse » et de  »Conversation de filles ».

Ma charmante et discutable voisine me rassura immédiatement. La dame était morte de vieillesse à l’hopital. La culpabilité me prit de cours et j’eus un soupçon de regret pour cette voisine inconnue. Malheureusement, le regret fit rapidement place à la curiosité lorsque ma voisine m’expliqua son éternel engouement pour les vidanges :

— C’était une dame d’Angleterre. Son mari jette, jette et jette des choses depuis le début de la semaine! C’est à se demander où ils rangeaient tout ça! Vous savez, elle collectionnait tout ce qui provenait de la Famille Royale. Le pauvre homme a tout jeté! Albums photos, articles de journaux et des livres! Je ne vous parle pas des livres! 3 bibliothèques pleines de royales collections!

Je cessais de respirer soudain.

— Des livres vous dites? Jetés…

Je fus interrompue par la concierge et un voisin du bloc d’à côté qui apparemment avaient tout suivi de notre conversation :

— Oui! Des livres. J’en ai rammassé une boîte. Le voisin d’en face — le nom, dévoilé par ma concierge, m’échappe, trop de familiarité en si peu de temps — est venu en chercher plusieurs avec sa  »barouette ».

 »Estomachée » était une expression qui décrivait faiblement mon émoi.

— Vous dites qu’il a tout jeté?

— Vous dites qu’il a tout jeté?

— Vous dites qu’il a tout jeté?

Je m’entendais en sourdine alors que l’unique réflexion, obsédante, qui me parcourait l’échine s’écriait faiblement :  » Ce n’est pas uniquement la perte d’une femme, nous assistons ici à la disparition de trésors nationaux, royaux… »

Ha! Zut!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :