J’irai cueillir de grands Lys dans vos jardins oubliés

Je me relève d’une plongée au coeur de la sieste d’après-midi.  Or, je viens de passer le plus clair de ma dernière demi-heure à cueillir des Lys dans les jardins de tous mes voisins.

Un à un,

les Lys formaient de précieux bouquets qui ne dépassaient pas la limite de ma main alors que je ratissais la scène arrière des terrains environnants.

Lorsqu’un voisin m’arrêta pour m’interroger sur les motifs de ma curieuse occupation, je répondais simplement :  »je cueille les fleurs qu’on ne m’a pas cueillies. »

waterhouse_ophelia_021

Nous jonglons ici avec un entrelac de restes diurnes de l’avant-midi (avant de sombrer dans le sommeil, je jetai un coup d’oeil aux cadres figurant des Lys sur le mur de ma chambre) et une symbolique autre représentée par le Lys lui-même et la cueillette de cette liliacée.

L’interprétation de ce contenu manifeste et latant me laisse sans voix. À trop chercher des symboliques, notre oeillère s’ouvre à tout une historicité.

Le Lys et ses symboliques :

De la France :

La précieuse  »Flor de Loys » est décriée et fièrement portée par le Roi Louis VII de France. Emblème botanique et guerrier,  la pointe du Lys figurait aussi le javelot gaullois.

Une légende qui remonte au temps des croisades, attribut également à la reine Clothide, l’introduction de l’emblématique Fleur de Lys. Un ange lui serait apparu et elle lui demanda de remplacer les trois crapauds ou croissants sur l’ecusson de son mari par trois Fleurs de Lys, les 3 pétales du Lys représantant la Trinité de la royauté chrétienne de France.

Jusqu’au Québec :

Nos terrains étant les plus fertiles en Lys de toutes sortes, l’emblématique Lilium s’apposa le 21 janvier 1948, sur le drapeau du Québec.  Le règne de Duplessis aura laissé un éminent témoignage de notre foi chrétienne et de notre appartenance à la francophonie . 

La célèbre devise de Taché, qui remplaça impunément l’optimiste slogan touristique de Québec : La belle province, aura eu raison de tous les jardins oubliés.

 Je me souviens/Que né sous le lys/Je croîs sous la rose.

Publicités

2 Réponses so far »

  1. 1

    Jacinthe said,

    T’as une belle plume ma chère, et c’est vrai que je vois poindre une petite pensée pour Freud à l’horizon hihi Il est vraiment charmant ce cher Sigmund, pas vrai? 😉 Mais bref, même si je prends pas toujours le temps de te laisser des petits commentaires (je suis vilaine, je sais…) continue d’ensoleiller nos journée par tes délicieuses petites chroniques!

    À bientôt, ma soeur de toupet xxxx

  2. 2

    Jacinthe said,

    Tu as une très belle plume, ma chère…Et il est vrai que je vois souvent poindre une petite pensée pour Freud à l’horizon… 😉 Hihi il est très charmant ce cher Sigmund, pas vrai? Mais bref, même si je ne prends pas souvent le temps de laisser des petits commentaires -je suis vilaine, je sais..- continue d’ensoleiller nos journées avec tes délicieuses chroniques!

    À bientôt, ma soeur de toupette xxx


Comment RSS · TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :